ESPACE PRO

Inscription

Actualité Pro, Lien

L’opacité du marché de l’art sous les projecteurs

La garde à vue à Monaco mercredi d’Yves Bouvier, propriétaire du groupe Natural Le Coultre, actionnaire des Ports francs de Genève et fondateur de ports francs au Luxembourg et à Singapour, soulève le problème de l’opacité du marché de l’art.

Ce passionné d’art résidant à Singapour aurait escroqué des clients – dont le milliardaire russe Dmitry Rybolovlev – en leur vendant des œuvres à des prix largement surfaits. Le 26 janvier, Yves Bouvier était invité à Genève à une conférence « Art Finance & Law: Risks, Rules and Opportunities » organisée par la Fondation pour le droit de l’art. Lire la suite …

Actualité Pro, Lien

Marché Public – Marché relatif à la prisée et aux ventes aux enchères publiques des objets déposés en gage au Crédit Municipal de Paris

Marché public ou privé
Référence du marché : 1414541

Date de clôture estimée : 10/04/15
Etat : Première publication
Publié dans :
SOURCEWEB (26/02/15)

Nom et adresse du pouvoir adjudicateur : Crédit municipal de Paris.

Intitulé : marché relatif à la prisée et aux ventes aux enchères publiques des objets déposés en gage au Crédit Municipal de Paris.

Type de marché : SERVICES

Date de remise des candidatures : 10/04/2015 00:00

Actualité Pro, Lien

2014 : année record pour les enchères d’œuvres d’art

Jackpot dans les salles des ventes. L’année 2014 a battu tous les records pour les enchères d’œuvres d’art dans le monde avec un chiffre d’affaires historique de 15,2 milliards de dollars (13,5 milliards d’euros), en hausse de 26 % sur un an, et un nombre inégalé de 1.679 ventes de plus de un million, selon le rapport annuel d’Artprice, le n°1 mondial des données sur ce secteur. «Ce résultat est époustouflant, en progression de 300 % en une décennie», a déclaré à l’Agence France Presse Thierry Ehrmann, président fondateur d’Artprice.com, dont le rapport a été réalisé en partenariat avec le conglomérat institutionnel chinois Artron. Le bilan souligne que «ce boom s’accompagne d’un taux d’invendus de 37 % en Occident et de 54 % en Chine», ce qui «démontre l’absence de spéculation», selon Thierry Ehrmann. Lire la suite …

Actualité Pro, Lien

PORTRAIT

Elu président à l’unanimité, ce commissaire-priseur de 44 ans incarne une nouvelle génération à la tête de l’hôtel de ventes.

Or, la part de marché de l’hôtel des ventes n’a cessé de décliner ces dernières années. Et nombre des 72 maisons de ventes y opérant sont en attente d’un électrochoc. Aussi, c’est à l’unanimité qu’a été élu à la présidence du conseil de surveillance ce commissaire-priseur de 44 ans.

Alexandre Giquello.

Actualité Pro, Lien

Enchères d’œuvres d’art : 2014 a battu tous les records

2014 a été une année exceptionnelle pour les enchères d’œuvres d’art dans le monde avec un chiffre d’affaires historique en hausse de 26% sur un an et un nombre record de ventes supérieures à un million de dollars. La Chine conserve de peu sa première place devant les Etats-Unis, dans un marché tiré par la multiplication des musées, selon le rapport annuel d’Artprice, leader mondial des données sur ce secteur, transmis en exclusivité à l’AFP. Avec un chiffre d’affaires de 15,2 milliards de dollars (13,5 milliards d’euros) contre 12,5 milliards en 2013, les enchères publiques d’art dans le monde ont atteint l’an dernier un niveau record. Lire la suite …

L’an dernier, Artprice, chiffre d’affaires mondial enchères progressé 26%, atteindre 15,2 milliards dollars.

Actualité Pro, Lien

Vente d’ivoire: polémique entre une ONG et une maison d’enchères de Cannes

L’ONG Robin des Bois a accusé lundi une maison de ventes aux enchères cannoise de chercher à contourner les nouvelles règles françaises sur la réexportation d’ivoire brut, une présentation réfutée par la direction de Cannes Enchères.

Pièces d'ivoire (photo d'archives). © ALEXANDER JOE / AFP

A l’instar de trois pays européens (Allemagne, Suède et Royaume-Uni), la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal avait décidé fin janvier de suspendre la délivrance par la France de certificats de réexportation d’ivoire brut ou de morceaux d’ivoire non travaillés. Elle avait convié de nombreuses ONG à cette annonce autour d’une table ronde.  Lire la suite…

Actualité Pro, Lien

Bayeux : quand la salle de ventes fait la quête

Moment incroyable et inédit samedi 21 février à l’hôtel des ventes de Bayeux. La salle s’est mobilisée pour permettre à un frère d’acheter une presse d’imprimerie.

« En 30 ans de carrière, je n’ai jamais vu une chose pareille. D’habitude, c’est plutôt la tension qui règne dans les ventes aux enchères« . Le commissaire-priseur bayeusain Me Bailleul a vécu un moment rare samedi 21 février, dans la matinée. Lire la suite …

Bayeux : quand la salle de ventes fait la quête

 

 

Actualité Pro, Lien

Deux commissaires-priseurs vraiment dans le coup

Une seule salle, deux commissaires-priseurs. L’hôtel des ventes de Poitiers abrite deux sociétés afin de mutualiser les moyens. Un duo très souriant.

Les indispensables de M<sup>es</sup> Bénédicte Boissinot et Hervé Tailliez : un marteau et le Bénézit, une des « bibles » de la profession. - Les indispensables de M&lt;sup&gt;es&lt;/sup&gt; Bénédicte Boissinot et Hervé Tailliez : un marteau et le Bénézit, une des « bibles » de la profession. - dr

 L’hôtel des ventes de Poitiers est une institution. Ce grand « hall » à l’angle d’un ensemble de bâtiments sur le boulevard du Grand-Cerf, à quelques mètres de la gare de Poitiers, résonne depuis peu sous les coups de marteau de deux « nouveaux » commissaires priseurs, Mes Bénédicte Boissinot et Hervé Tailliez, qui viennent de prendre la succession de Me Pierre Segeron, parti récemment à la retraite. Bénédicte Boissinot connaissait déjà très bien la « maison » pour y avoir suivi sa deuxième année de formation professionnelle (en 2007) obligatoirement dispensée « par des pairs », avant d’y rester comme salariée. Hervé Tailliez, quant à lui, est installé à Poitiers depuis deux ans après y avoir repris « une charge laissée en jachère ». Lire la suite …

Actualité Pro, Lien

 La bulle du marché de l’Art va t’elle éclater en 2015

« Nous ne sommes pas dans une bulle », a déclaré Stephen Murphy, le nouvel ex-PDG de Christie’s après la vente d’ art d’après-guerre et contemporain, en mai 2014, qui a rapporté le montant à couper le souffle de 745 M$ (soit 631,16 M€). Pour beaucoup, cette citation, dans le contexte des prix vertigineux que la maison de ventes vient tout juste de réaliser, semble un négation bien trop évidente de la vérité puisque le marché de l’art a maintenu se progression exponentielle sur sa route des records. Malgré les sceptiques, les prix ont continué d’augmenter tout au long de l’année, avec la vente du soir d’art contemporain du 12 novembre, rassemblant au total un gain de 852,9 M$ (soit 722,75 M€), le montant le plus élevé jamais remporté par une vente aux enchères. Au début de 2015, beaucoup se sont retirés des ces chiffres étourdissants, dans le but de réfléchir sur l’interrogation concernant la capacité du marché de l’art à continuer sur sa lancée, ou si la bulle est sur le point d’éclater, causant des pertes sur tous les échelons du monde de l’art. AMA jette un coup d’œil à ce que 2015 a en réserve pour le marché de l’art. Lire la suite …

Actualité Pro, Lien

Ghislaine Kapandji et Olivier Lange : “La loi Macron provoquera la mort d’une partie du marché de l’art en France”

La commissaire-priseur et le DG de l’Hôtel Drouot s’alarment des conséquences prévisibles de la loi Macron sur l’organisation des ventes aux enchères volontaires, et par là, sur l’ensemble du marché de l’art hexagonal

 

kapandji“Compte tenu des chiffres, l’absorption de l’activité des commissaires-priseurs judiciaires par les huissiers est mathématique.” Ghislaine Kapandji.

 

Ils ne décolèrent pas. Un texte de loi se propose de chambouler leur profession de commissaires-priseurs, sans qu’ils aient pu en discuter les modalités, sans que des études aient mesuré les impacts de cette réforme au forceps qui se propose de créer des “commissaires de justice” en réunissant trois professions de l’exécution du droit : les huissiers, les mandataires de justice et les commissaires-priseurs judiciaires. Ghislaine Kapandji, présidente de leur organisation parisienne, se défendant de tout combat corporatif, s’émeut qu’une destinée traditionnellement sous tutelle du garde des Sceaux soit menacée par le ministre de l’Économie. Et se fait particulièrement alarmiste sur quelques dommages collatéraux majeurs : au-delà des menaces pour sa profession, celles qui pourraient hypothéquer le futur de ce marché de l’art qui place Paris à l’une des toutes premières places européenne. Avec le directeur général de l’Hôtel Drouot, Olivier Lange, elle se livre ici à une lecture (très) critique du projet de loi déposé à l’Assemblée. Dénonçant au passage les risques que pourrait faire courir à sa profession l’ambition hégémonique des huissiers de justice, ayant paraît-il des visées avouées sur leur activité. Lire la suite …